La dermatite de Mortellaro : mieux la reconnaître

 

La dermatite de Mortellaro : mieux la reconnaître pour mieux la traiter !

 

 

Les vaches sont rentrées en bâtiment : la marche sur le béton, la propreté des pattes parfois difficile à obtenir et la promiscuité des animaux augmentent les risques de résurgence des boiteries au sein du troupeau, notamment celles à caractère contagieux ; c’est le cas de la dermatite de Mortellaro. Cette maladie est en évolution permanente dans votre troupeau : mieux reconnaitre ses différentes formes vous permet d’être plus réactif et plus efficace dans sa prise en charge.

 

 

 

M1 : la maladie débute, il est souvent difficile de la repérer car la vache n’est pas encore gênée. Heureusement, à ce stade, des mesures préventives peuvent encore contenir son évolution au sein du troupeau : pédiluve ou pulvérisations régulières des pattes du troupeau une fois par semaine.

 

 

 

 

 

 

 

M2 : l’ulcère dépasse 2cm de diamètre, la vache est gênée et elle boite souvent depuis plusieurs jours. C’est une urgence et un traitement sur deux jours s’impose : parage, nettoyage, produit de traitement (Hoof gel ou Hoof fit) et pansement.

 

 

 

 

 

 

 

M3 : L’état est stationnaire, le résultat est obtenu après 2 jours de traitement (cf. ci-dessus). L’évolution est à surveiller tous les 15 jours.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M4 : la lésion est chronique, les poils blancs en sont le signe. La vache boite peu mais sa lésion est le réservoir de la maladie dans votre troupeau : plus vous avez de M4, plus vous aurez de nouvelles infections à se déclarer !

 

 

 

 

 

 

 

 

M4.1 : la lésion chronique se réactive, c’est la situation la plus sévère ! Elle doit être prise en charge en urgence comme une lésion M2.