Coordonnées

L'animal âgé

Votre animal prend de l'âge

 

 

 

Comme pour les humains, l’espérance de vie de votre chien ou de votre chat augmente et l’allongement de sa vie s’accompagne inévitablement de changements pour son organisme.

Mais ce n’est pas parce qu’il rentre dans la catégorie « SENIOR » qu’il va être fatalement diminué.

Rechercher les signes de vieillissement permettra d'en minimiser certains et de détecter d’éventuelles anomalies qui pourront nécessiter la mise en place de traitements adaptés. Ainsi, votre animal vieillira de façon optimale, tant en durée qu’en confort.

 

Les signes visibles

 

Les yeux : Dès l’âge de 8 ans chez certains chiens on peut observer  opacification partielle  du cristallin (l'oeil devient un peu blanc) très progressive, elle n’affecte que très peu la vision. Des traitements antioxydants peuvent permettre de ralentir ce phénomène. Une modification rapide et intense de l’aspect de l’œil doit en revanche être signalée.

 

La peau :Avec le vieillissement, la peau à tendance à devenir plus fine, à s’assécher (présence de « pellicules »), le pelage devient plus terne ; les griffes s’usent  moins, peuvent se déformer, être cassantes. La formation de kystes, de verrues, de lipomes est plus fréquente . Il est important d’inspecter régulièrement le pelage de votre animal, dans toutes les régions du corps, afin de détecter toute lésion suspecte : celles décrites ci-dessus sont bénignes mais d’autres « grosseurs » peuvent être observées, d’origine parfois tumorale. Chez la femelle non stérilisée, il est ainsi très important de palper régulièrement les mamelles. Au moindre doute, n’hésitez pas en parler au vétérinaire.

 

La surdité : Avec l’âge, une perte d’audition progressive et généralement partielle peut apparaître. Si votre animal semble être devenu sourd brutalement, ou présente des signes de douleur, il sera important de rechercher une autre cause à sa surdité.

 

Les troubles du comportement : Comme les autres organes, le cerveau vieillit et des signes d’altération de son fonctionnement peuvent apparaître : sommeil prolongé ou perturbé, désorientation, agressivité (éliminer toute origine douloureuse !), malpropreté. Des traitements existent pour prévenir, retarder ou réduire ces troubles.

 

L’arthrose : Si votre animal âgé marche un peu « raide », a parfois du mal à se lever, rechigne à aller se promener, c’est probablement qu’il souffre d’arthrose (= usure des cartilages articulaires). En cas de signes modérés, des protecteurs articulaires peuvent être apportés. Si les signes d’arthrose sont plus importants (pouvant aller jusqu’au refus de se lever ou de sortir), des traitements sûrs et efficaces pourront réduire l’inflammation et la douleur. L’arthrose n’est pas une fatalité et, bien gérée, elle n’empêchera pas votre animal de continuer à mener une vie active et confortable.

 

A surveiller

 

Le poids : en vieillissant, votre animal aura tendance à prendre du poids, surtout s’il est stérilisé. Ce surpoids le rendra plus fragile. A l’inverse, certaines maladies chroniques peuvent se traduire par un amaigrissement.

La bouche : La présence de tartre, de gingivite, d’abcès peuvent entraîner une douleur chronique et les bactéries présentes peuvent passer dans le sang et atteindre d’autres organes (cœur, reins, foie ). On est en général alerté par une mauvaise odeur, mais si ce n'est pas le cas, il est important quand même d'examiner la bouche de votre animal.

La prise de boisson : de nombreuses affections, au début de leur évolution, peuvent se manifester par une augmentation de la soif : insuffisance rénale, diabète sucré mais aussi d’autres maladies hormonales ou les infections de l’utérus chez la chienne.

 Les urines : lors des maladies venant d’être citées, parallèlement à l’augmentation de la soif, on observe un animal qui urine beaucoup. Cela peut se traduire par une litière « inondée » chez le chat, ou par de l’urine dans le panier ou à la maison (la nuit) chez le chien. Il ne faut pas confondre ce problème avec de l’incontinence (l'animal n'est plus capable de se retenir) ou de la malpropreté (sénilité) . Outre  la fréquence et la quantité d’urine émise, l’aspect des urines doit être surveillé (couleur, odeur, présence de sang …) car les infections urinaires (ou de la prostate chez le mâle) sont plus fréquentes chez l'animal âgé.

La tolérance à l’effort : les atteintes cardiaques sont relativement fréquentes (1 chien sur 4 à partir de 9 ans dans les petites races). Les premiers signes sont  de la fatigabilité (rechigne à aller se promener, s’essouffle), de la toux. Une auscultation du cœur une fois par an permettra de repérer les tous premiers stades de la maladie cardiaque afin de retarder au maximum l'apparition de symptômes et d'en réduire l'importance.

 

Votre animal senior a besoin

 

  • d'avoir une alimentation adaptée

                                  

Les besoins de votre animal diminuent car son rythme de vie change : il n’est plus aussi actif, et son métabolisme ralentit. De plus, avec l’âge, le fonctionnement du tube digestif est modifié (moins bonne assimilation des nutriments), le risque d’insuffisance rénale augmente, la présence de tartre et la fragilité des gencives peuvent diminuer l’appétit.  Il devra donc recevoir un aliment spécialement élaboré pour son âge, donné de façon fractionnée (2 à 3 repas par jour).

 

  • D'avoir un rythme de vie adapté               

Il est important pour votre « sénior » d’avoir un exercice régulier et bien dosé. Continuez à lui faire faire  des promenades : même courtes, elles permettront aux muscles et aux articulations de conserver une bonne souplesse et l’aideront à ne pas prendre de poids.

 

  • De continuer la prévention

La vermifugation doit être maintenue au moins 2 fois par an même si votre animal est âgé. D’autre part, son immunité diminuant, les rappels vaccinaux sont plus encore nécessaires.

 

  • D'avoir un bilan « gériatrie » régulier

     

Un bilan de santé régulier – 1 fois par an – de votre animal, dès l’âge de 7 à 8 ans est recommandé. Un examen clinique complet, associé si besoin à des examens complémentaires pourra permettre d’identifier précocement un problème, d’adapter l’alimentation, d’apporter des compléments et/ou mettre en place un traitement.