Les métrites

Les métrites : un enjeu majeur en élevage bovin

 

 

Les métrites représentent un enjeu majeur en élevage bovin, aussi bien laitier qu’allaitant : outre les pertes directes liées au coût de traitement et à la chute de production laitière lors de métrite aiguë, les mauvais résultats de reproduction occasionnent des pertes financières considérables. De plus, les métrites chroniques entraînent une augmentation de l'intervalle vêlage-vêlage, une augmentation du taux de renouvellement, une augmentation des frais d'insémination et un manque à gagner dû au retard de production.

 

Savoir diagnostiquer les métrites, savoir les traiter et connaître leurs facteurs de risque afin de les éviter doit être un objectif pour tout éleveur souhaitant améliorer ses résultats de reproduction.

 

Qu'est-ce qu'une métrite ?

 

Une métrite est une inflammation de l'utérus, le plus souvent d'origine infectieuse.

 

On distingue les métrites aiguës qui apparaissent dans les 30 premiers jours après le vêlage et les métrites chroniques qui apparaissent au-delà de 30 jours post-partum.

 

Lors de métrite aiguë, il y a une atteinte de l'état général de la vache qui présente alors de la fièvre, une diminution de l'appétit, une baisse de forme, une chute de la production et un écoulement vulvaire nauséabond.

 

Les métrites chroniques sont souvent plus difficiles à diagnostiquer car il n'y a pas de répercussion sur l'état général de la vache. En fonction de la gravité de la métrite, on pourra ou non voir des écoulements vulvaires blanchâtres. Dans tous les cas, une métrite chronique entrainera une infécondité : la vache est cyclée normalement mais ne prend pas à l'insémination.

 

Comment diagnostiquer les métrites?

 

La difficulté repose surtout sur la détection des vaches à métrite chronique. Un moyen fiable et efficace consiste en l’examen systématique de toutes les vaches 30 jours après le post-partum. Cela permet de contrôler l'involution utérine, de constater la reprise du cycle, d’examiner les glaires vaginales (photo 1) et de traiter rapidement les endométrites. Un examen vaginal, éventuellement complété par un examen échographique par voie rectale, est alors réalisé.

 

Photo 1 : inspection des glaires vaginales lors d’un suivi reproduction.

 

Comment traiter ?

 

Lors de métrite aiguë, l'état général de la vache est dégradé et rend indispensables un traitement anti-inflammatoire et une antibiothérapie injectable.

 

Lors de métrite chronique, le traitement consiste à traiter l'infection bactérienne avec un antibiotique intra-utérin ainsi qu'à recycler la vache en déclenchant des chaleurs avec une injection de prostaglandines.

 

Quelles sont les facteurs de risque des métrites ?

 

On peut diviser ces facteurs de risque en deux groupes (tableau) :

 

Tableau : les principaux facteurs de risque de métrites

 

Photo 2 : la non-délivrance est un des facteurs de risque majeur de métrite

 

Comment éviter les métrites ?

 

La prévention repose surtout sur la gestion de l'alimentation en particulier au moment du tarissement et de la préparation au vêlage des taries, ainsi que sur l'hygiène au moment du vêlage (box de vêlage propre, interventions réduites au strict nécessaire et réalisées dans de bonnes conditions).

Le dépistage de certaines maladies (BVD, fièvre Q, néosporose) est également à prévoir lors de métrites dans l'élevage. N’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire.

 

Points forts :

  • Les métrites retardent, voire empêchent, la remise à la reproduction des vaches après le vêlage. Les enjeux économiques liés à la dégradation des résultats de reproduction et aux réformes des animaux devenus infertiles sont conséquents

  • La rapidité de détection et de prise en charge de ces infections est essentielle pour la fertilité à venir de la vache

  • Un moyen simple et efficace est de mettre en place un examen systématique des fraîches vêlées : n’hésitez pas à nous en parler

     

     

      Lucille Berenbaum