Les plantes en élevage

L’utilisation des plantes en élevage.

 

Les plantes sont utilisées dans le domaine de la santé humaine depuis longtemps et on parle de plus en plus de leur intérêt en santé animale. Pourtant beaucoup de questions se posent autour de l’usage des plantes en élevage : comment agissent-elles sur l’organisme, comment les employer, sont-elles toujours de bonne qualité, existe-t-il un cadre réglementaire, etc. ? Beaucoup de produits à base de plantes sont aujourd’hui commercialisés sans trop d’informations, ce qui est regrettable car cela banalise leur emploi qui mérite pourtant des connaissances techniques.

Nous vous proposons de vous apporter quelques éléments afin de vous éclairer sur le sujet.

Quels effets ont les plantes sur l’organisme ?

 

Les plantes peuvent être comparées à des activateurs des organes et des fonctions biologiques. En renforçant et en potentialisant les mécanismes physiologiques, elles permettent à l’organisme de mieux assurer ses trois grandes fonctions primaires : le métabolisme, la vitalité et les défenses. Ainsi, elles participent à retrouver un équilibre interne lui permettant d’être plus réactif aux divers facteurs d’agression qu’il subit.

Quels intérêts peut-on avoir à utiliser les plantes en élevage ?

 

Les plantes agissent en stimulant les capacités d’adaptation des animaux face aux facteurs de stress qu’ils subissent. Ainsi, les plantes, si elles sont utilisées correctement et à des moments opportuns, permettent d’avoir des animaux réactifs au bon moment et donc moins sensibles : par conséquent ils déclarent potentiellement moins de pathologies. On peut donc espérer déclarer moins de pertes économiques et moins de traitements notamment antibiotiques, ce qui reste une priorité en santé animale.

Sous quelles formes peut-on employer les plantes et comment les administrer aux animaux ?

 

Les plantes peuvent être utilisées par voie orale sous forme solide (poudre ou granulés) ou liquide, ou encore sous forme d’huiles essentielles. Ces dernières sont obtenues à partir de plantes aromatiques, essentiellement par distillation ; elles peuvent s’utiliser par voie orale ou transcutanée. L’action des huiles essentielles est beaucoup plus puissante que celle des plantes et nécessite une certaine connaissance pour être utilisées correctement et sans risque.

Comment choisir des produits de bonne qualité ?

 

Le marché des plantes en santé animale est grandissant et inévitablement beaucoup veulent y prendre une place, cherchant le rendement au détriment de la qualité des produits. Beaucoup de facteurs influencent la qualité des plantes : le climat et la qualité de la terre dans laquelle elles ont été cultivées, les modes de récolte et de séchage, la préparation des produits finaux, etc. Par exemple, il est évident que, comme pour le foin, la qualité des plantes sèches n’est pas la même si la récolte se fait après une semaine de beau soleil ou une semaine de pluie… Mais qu’en sait-on lorsqu’on achète un produit ? Les fraudes sont encore plus nombreuses pour ce qui est des huiles essentielles. Par exemple, certains utilisent des solvants pour augmenter le rendement de l’extraction des molécules aromatiques lors de la distillation. Mais ces solvants ne se retrouvent-il pas dans le produit final ?

Attention donc à la qualité des produits à base de plantes et des huiles essentielles que vous trouvez facilement dans le commerce ou sur internet.

Existe-t-il une réglementation qui encadre l’emploi des plantes en élevage ?

 

Les produits à base de plantes ou d’huiles essentielles sont facilement accessibles mais il n’est jamais question de réglementation. Pourtant, le droit européen concernant l’usage des plantes existe bien et tend à se durcir (Règlement Européen 230/2013, Circulaire ANSES-ANMV 23/08/2013). Ainsi, les mélanges de plantes et autres huiles essentielles susceptibles d’avoir une action sur la santé sont considérés comme des médicaments, avec des conséquences légales comparables à celles des médicaments de synthèse (AMM = Autorisation de Mise sur le Marché, usage interdit sans prescription vétérinaire, temps d’attente pour les denrées, etc.). Si aujourd’hui cette réglementation paraît stricte et en opposition avec les besoins agricoles, sanitaires et écologiques actuels - car de telles restrictions s’opposent à une approche naturelle au profit de molécules de synthèse souvent plus toxiques et rémanentes dans les organismes, les denrées et l’environnement – elle doit néanmoins être connue des utilisateurs. Enfin, il faut rappeler qu’une médecine « naturelle » ne signifie pas obligatoirement que l’action est toujours plus douce ; certaines plantes peuvent avoir des effets toxiques puissants : 250g d’if peuvent tuer un cheval de 500kg, la digitale contient de puissants cardiotoniques, etc.

Points forts

 

Les plantes stimulent les organismes et leurs moyens de défense : les animaux déclarent potentiellement moins de maladies, augmentant ainsi leurs performances et diminuant le recours aux traitements notamment antibiotiques.

Attention à la qualité des produits à base de plantes et des huiles essentielles ! Il existe énormément de produits sur le marché de qualité et donc d’efficacité douteuse.

Il existe une réglementation européenne qui encadre l’usage des plantes en élevage. Si celle-ci paraît très restrictive, vous devez néanmoins en connaître l’existence.

 

  Marie Genest.