L'osteopathie

L’ostéopathie pour les bovins.

 

L’ostéopathie, qu’est-ce que c’est ?

 

C’est une médecine ancestrale essentiellement manuelle aujourd’hui couramment utilisée pour l’homme et de plus en plus pour les animaux. Les rebouteux pratiquaient selon des techniques empiriques proches de cette médecine.

L’ostéopathie est fondée sur l’unité du corps, c’est-à-dire sur le lien, les tensions et les blocages qui peuvent exister entre tous les éléments de l’organisme : les os, les muscles, les fascias, les organes et les tissus de soutien. Voici un exemple : une vache qui boite suite à un chevauchement ; le point de départ est la lésion d’une vertèbre lombaire, l’espace intervertébral est modifié et le nerf qui y passe est perturbé, les muscles sont alors moins bien innervés et ne fonctionnent plus normalement : la vache boite. Manipuler la vertèbre permettra à l’ensemble des structures perturbées de retrouver un bon fonctionnement.

Cette unité du corps explique que la prise en charge d’une lésion nécessite une consultation de l’animal dans son intégralité, basée sur des connaissances anatomiques solides.

Oui mais un bovin c’est difficile à manipuler…

 

De petites manipulations permettent de lever tout un processus lésionnel et il est rarement nécessaire de faire des manipulations musclées. Toute manipulation se fait de façon indolore pour l’animal et toujours avec sa coopération.

Galilée, une blonde d’Aquitaine d’une tonne en séance d’ostéopathie.

Une corde et un licol sont fréquemment utilisés pour les manipulations des membres et des vertèbres cervicales. L’éleveur est également mis à contribution pour certaines manipulations.

Dans quels cas avoir recours à l’ostéopathie ?

 

Pour les veaux : boiteries, naissances difficiles, difficultés à téter à la naissance, problèmes de mâchoires…

Pour les vaches : boiteries, souvent liées au vêlage, au chevauchement ou à une chute, écarts d’épaule, vache couchée…

Attention toutefois à ne pas appeler à mauvais escient l’ostéopathe qui ne pourra rien faire en cas de fracture, problème de parage, maladie métabolique (fièvre de lait) ou infectieuse (arthrite, mammite coli…), lésion trop ancienne. Votre vétérinaire, lors de sa première visite, pourra vous conseiller d’avoir recours ou non à  une séance d’ostéopathie.

Dans quel délai intervenir ?

 

Le recours à l’ostéopathie n’est pas une urgence. Bien sûr, il ne faut pas attendre que les lésions deviennent irréversibles ; selon le caractère plus ou moins invalidant du problème, l’animal peut être présenté dans les 15 jours suivant l’apparition des symptômes. Ce délai est à adapter à chaque situation.

Y-a-t-il des soins particuliers à associer à une consultation ostéopathique ?

Parfois oui, c’est le cas pour les animaux couchés qu’il faut mobiliser pour éviter l’ankylose. Dans ce cas, il faut éviter la pince, préférez un tapis lève vache ou la piscine, moins traumatiques.

De même, pour certaines lésions anciennes des articulations, surtout chez les veaux, des petits exercices de mobilisation peuvent être recommandés.

 

En conclusion, l’ostéopathie est un outil médical alternatif supplémentaire qui, utilisé à bon escient, peut permettre à certains animaux d’optimiser une carrière qui pourrait être comprise sans la correction des lésions.

Frédérique Matignon.